Pierre Lhande (1877-1957) et le corpus des Radio-sermons aux origines de la radiophonie, sous la direction de Pierre-Marie BEAUDE, École doctorale Fernand-Braudel, UFR SHS Nancy – Metz, 21 novembre 2015.

Eugénie-Myriam BOCEK-VALY

pdf3

 

Ce travail de recherche est dans la continuité et dans l’approfondissement d’une étude commencée lors de la rédaction du mémoire de Master à l’Université de Lorraine. Ce mémoire traitait de l’apport original du média « théâtre » dans une démarche pédagogique auprès des élèves dans les collèges jésuites au XVIIesiècle. La représentation des pièces devant le public prolongeait cette action éducative visant ainsi le plus grand nombre. Pierre Lhande est dans la droite ligne de cet esprit d’innovation, en phase avec l’évolution des idées et des progrès scientifiques et technologiques propres à l’époque, tout en sauvegardant l’ancrage dans la tradition de l’Église catholique. Le 2 janvier 1927, le jésuite Pierre Lhande s’adresse pour la première fois aux auditeurs à l’occasion des vœux de Nouvel An. Pionnier de la prédication à la radio, il perçoit immédiatement la portée de l’impact médiatique de ce nouvel outil de communication. Il poursuit ses interventions à la radio de 1927 à 1934 sous la forme de « sermons » qu’il nomme parfois, « causeries » ou encore « conversations », entre autres dénominations. Le succès est total au regard des courriers des auditeurs et des articles de presse élogieux.

Cette étude s’articule autour du corpus des Radio-sermons. Ce corpus est constitué de huit ouvrages ou recueils, écrits par Pierre Lhande, édités respectivement de 1927 à 1934 (Éditions Spes). La recherche se décline en trois parties : une première sur la présentation de l’auteur, la deuxième sur le contenu du corpus et la troisième davantage ciblée sur la perception par Pierre Lhande du rôle et de l’histoire de la radio. Les « sermons » sont retranscrits dans chaque ouvrage, ce qui en fait d’ores et déjà un document rare en soi, mais la singularité de l’ensemble va au-delà de la retranscription fidèle de la prédication. Son caractère inédit se double du témoignage de Pierre Lhande dans les préfaces, les postfaces, les conclusions où il développe plus largement son point de vue sur l’exceptionnel vecteur de culture qu’offre ce média. Il y expose également sa position sur l’épineuse question de l’expression religieuse à la radio soumise aux principes de laïcité qui fait débat en France. Cet aspect politique n’est pas évoqué dans la prédication sauf sur l’antenne de Radio-Luxembourg dans un seul « radio-sermon » où il informe les auditeurs de la raison de son interdiction de prêcher en France depuis le studio de Radio-Paris. Destinés aux lecteurs, ces préfaces, conclusions ou postfaces traitent de cette problématique, recueil après recueil, en une plaidoirie pour la pérennisation des émissions où l’expression religieuse plurielle a sa place, se défendant de tout prosélytisme religieux. Scrupuleusement, il mène ce combat en consignant ses constats et ses propositions.

La problématique principale s’articule autour de la thématique de l’innovation au cœur de la tradition. Une des lignes conductrices de la recherche s’attache à saisir comment Pierre Lhande a réussi à maintenir le juste équilibre du discours adapté au nouveau média, en conservant la liberté de parole qui le caractérise, dans le respect des principes fondamentaux chrétiens liés à la prédication. La définition que Pierre Lhande donne de lui-même : « prêtre, pasteur, écrivain, chroniqueur », a été le pivot de la démarche sur cette question. Ce choix quant à la ligne conductrice de l’ensemble de la thèse a été crucial pour construire ce travail sur l’auteur et son œuvre.

L’approche théorique de cette recherche s’est construite en premier lieu sur la base de la lecture du corpus des Radio-sermons qui fourmille d’informations. À titre d’exemple, celle-ci, donnée par Pierre Lhande au cours d’une prédication suite à la parution d’un disque vinyle 78 tours en 1934, contenant deux de ses sermons prononcés à la radio en 1927. Ce document sonore a permis de faire une étude comparative entre le texte lu et audio des mêmes sermons. D’autre part, de nombreuses références aux textes bibliques, à l’art, à la littérature, à l’histoire, à la culture générale, entre autres, incluses dans ses sermons, fournissent matières à réflexion dans des champs multidisciplinaires, utiles à la recherche. Ainsi, de façon régulière, plusieurs œuvres dignes d’intérêt, quelles soient littéraires, musicales, picturales ou autres, sont présentées et commentées à l’antenne pour étayer utilement son propos. Notons également la pratique habituelle de Pierre Lhande à utiliser les évènements notoires puisés dans l’actualité pour servir d’accroche à la prédication du jour. Ainsi, dans le recueil (La France missionnaire. Radio-sermons 1931), il y sera question de l’Exposition Coloniale avec des commentaires liés au sujet ainsi qu’une description minutieuse du site à Paris. Enfin, parmi les innombrables thèmes abordés par Pierre Lhande signalons le S.O.S. envoyé en direct à la radio en France pour venir en aide aux nécessiteux lors d’un hiver particulièrement glacial. Cet appel a eu lieu le 17 février 1929 au cours du sermon retranscrit dans « Les pauvres dans l’Évangile » (Radio-sermons 1929). Ce fut le premier appel d’urgence prononcé par un religieux en France à l’antenne.

L’intérêt suscité par la lecture a été déterminant pour poursuivre les recherches extérieures. Aussi, le texte scruté, la consultation d’ouvrages d’auteurs sur les sujets en question, ainsi que le concours d’internet ont été indispensables pour élaborer une démarche scientifique. Citons la biographie de Jeanne Moret, (Le Père Lhande Pionnier du Christ dans la banlieue et à la radio, 1964, Paris Beauchesne), qui a été un fil conducteur efficace, avec des repères chronologiques précis. La consultation aux Archives Jésuites de la Province de France à Vanves, aux Archives du Musée de la radio à Paris, la Bibliothèque Universitaire de Metz, la Bibliothèque diocésaine de Metz, entre autres, ont été des étapes capitales pour consulter des pièces rares ou des ouvrages en lien avec le sujet. L’autre démarche a consisté à pratiquer des interviews sur le terrain au Pays Basque, d’où est originaire Pierre Lhande et plus précisément dans la province de la Soule où il a vécu une grande partie de ses jeunes années et où il s’est éteint en 1957. Les quelques personnes, collégiens à l’époque qui l’ont rencontré personnellement ont confirmé les données relevées dans la biographie de Jeanne Moret. D’autres déplacements ont eu pour but d’appréhender au mieux le monde de la radio et plus précisément celui de la période où Pierre Lhande a prêché sur les ondes. De ce point de vue, les visites à l’exposition sur l’histoire de la radiodiffusion en partenariat avec Radio-France et l’INA en septembre 2012 à Paris ont été fructueuses. La visualisation de l’ensemble de la présentation et les rencontres avec les spécialistes ont été essentielles pour comprendre les rudiments théoriques et pratiques spécifiques à la radio.

L’objectif essentiel de ce travail de recherche est d’apporter une contribution à l’étude de l’œuvre de Pierre Lhande et de sortir ses écrits des archives. Victime d’une aphasie brutale en 1934, il perdit l’usage de la parole qu’il ne récupérera que partiellement. Il sera dans l’incapacité de s’exprimer à nouveau sur les ondes. Le jésuite humaniste et orateur hors-pair tombe alors dans l’oubli à la suite de cet accident et probablement en raison de la situation dramatique liée à la seconde guerre mondiale. Présenter la recherche sur Pierre Lhande et les Radio-sermons dans le cadre universitaire fait partie des moyens pour atteindre l’objectif visé ci-dessus ; la finalité étant de susciter l’intérêt d’autre chercheurs pour continuer ce travail dans des champs pluridisciplinaires. La soutenance réussie de la thèse, sa mise en ligne pour être accessible ainsi au plus grand nombre, est une première étape qui offre une voie possible à la réalisation d’autres travaux.

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugénie-Myriam BOCEK-VALY, « Pierre Lhande (1877-1957) et le corpus des Radio-sermons aux origines de la radiophonie », sous la direction de Pierre-Marie BEAUDE, École doctorale Fernand-Braudel, UFR SHS Nancy – Metz, 21 novembre 2015. RadioMorphoses, [En ligne], n°2 – 2017, mis en ligne le « 22/10/2017 », URL : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2017/02/21/radio-sermons/

 

Auteur

Eugénie-Myriam BOCEK-VALY est Docteure en Théologie catholique, Université de Lorraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *